Le caractère désormais plus ou moins clandestin de la date anniversaire de la première réunion du Conseil National de la Résistance dont le bruit selon lequel il était souverain tarde à se répandre, et le "triomphe" apparemment imparable de l'appel du 18 juin 1940 et des modalités d'explication qu'il fournit au "relèvement" de la France, posent d'abord et avant tout la question de la personnalité politique et historique réelle de Charles de Gaulle.

    
Le traitement que, dans cette page particulière (445 du tome II des Mémoires de guerre), l'homme du 18 juin a réservé à un document essentiel de l'Histoire du peuple de France laisse entrevoir quelque chose qui est tout simplement monstrueux... mais, en même temps, très "naturel" pour un pays comme la France..., d'une France qui n'est peut-être pas celle que nous croyons..., et qui aura été inventée soigneusement - et pas seulement depuis la Seconde guerre mondiale - pour faire taire ce qu'en qualité de citoyennes et de citoyens nous aurions
pu avoir de meilleur. Par qui? Par qui a donc été bidouillée cette Histoire de France-là?

     Par l'Université, qui a laissé faire, quand elle n'y a pas, elle-même, prêté la main... Par une presse écrite, radiophonique et télévisuelle dont on ne voit pas comment elle pourrait ne pas se soumettre à ce qu'exige le régime économique, politique et idéologique dans lequel nous nous sommes mis à vivre dès septembre 1945, date de l'envoi par De Gaulle - agissant apparemment à titre tout à fait personnel (à moins qu'en qualité d'homme-lige de la très française Banque d'Indochine...) - d'un corps expéditionnaire du côté de Hanoï pour bien montrer, à un monde à peine sorti de la guerre la plus terrible de tous les temps, qu'entre lui - de Gaulleet les communistes, il ne pouvait y avoir que du sang, à moins qu'ils ne se soumettent entièrement à sa personne... et aux critères du système capitaliste impérialiste.

     Cette marque de sang, c'est d'ailleurs lui-même qui saura plus tard en souligner la provenance, ainsi qu'elle reste inscrite dans une malheureuse Histoire de France dont il faudra bien finir par montrer en quoi elle a été écrite pour notre plus grande honte...

     ...et Jean Moulin (qui n'aurait eu que 46 ans en 1945) n'y étant plus... grâce à la Cagoule (oui, oui..., made in France).

     Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore compris qui était Charles de Gaulle,
ni sur quoi repose la Constitution de la Cinquième République :
Vidéo Michel J. Cuny : Et de Gaulle... combien de morts ?